La France ne veut pas bloquer l’utilisation de l’IA par les forces de l’ordre

La présidence française du Conseil de l’Union européenne a présenté un ensemble de modifications pour l’Artificial Intelligence Act, le futur règlement encadrant l’intelligence artificielle. L’objectif de la France semble être de ne pas bloquer l’utilisation de cette technologie par les forces de l’ordre mais l’aspect répressif de la législation est un point de friction majeur des discussions notamment avec l’Allemagne et la Finlande.

Premièrement, les négociateurs français souhaitent exclure les vérifications et contrôles d’identité pour accéder par exemple à un aéroport afin que ces technologies ne soient pas soumises à des obligations trop strictes.
Ils veulent aussi élargir les cas dans lesquels la reconnaissance biométrique peut être utilisée, en supprimant l’exemple spécifique des enfants disparus et la référence au caractère « imminent » de la menace. En outre, la garantie de la sécurité des infrastructures physiques a été ajoutée.

Des modifications ont également été apportées sur la possibilité d’utiliser l’IA pour localiser un suspect dans le cadre d’une enquête policière. A l’origine, elle était autorisée lorsque l’infraction pénale tombait sous le coup d’un mandat d’arrêt européen. La France souhaite remplacer cette condition par « toute infraction pénale pouvant entraîner une période de détention d’au moins cinq ans« .

D’autre part, la France souhaite ajouter un nouvel article instaurant « une demande d’autorisation ex-post pour les forces de l’ordre afin de leur fournir plus de flexibilité« . Dans ce cas, elle doit être faite « sans retard excessif« .

Pour être intégré dans la version finale du règlement, ces dispositions (dont la liste complète n’est pas présentée ici) devront recevoir l’approbation des autres institutions européennes.

Source : L’UsineDigitale du 06/04/2022

 

Production industrielle : une année record pour la France 

L’année 2021 a été une année de « records » en France pour l’industrie, en matière de créations d’usines, d’emplois ou de relocalisations de production, notamment dans le secteur du cuir et de la chaussure

° Les créations d’usines ont fortement augmenté en France en 2021, avec un solde positif de 120 nouvelles usines (176 créations et 56 fermetures).

° 782 projets de réindustrialisation ont reçu 1,6 milliard d’euros par l’Etat.

° Plus de 30 000 emplois créés

Avec 32 155 emplois nets créés en 2021, la production industrielle fait presque aussi bien que le numérique (33 535 emplois net créés l’an passé)

Dans l’industrie, le premier secteur créateur d’emplois l’an dernier a été celui du cuir et de la chaussure.

Source : Maddyness du 08/04/2022

 

Levées de fonds : après l’euphorie, retour à la normale pour la French Tech

 Les investissements dans la French Tech reviennent à un niveau normal. Certaines start-up ont même plus de difficultés à lever. Cette situation est en partie due à la hausse des taux d’intérêt et la baisse des valeurs tech cotées.

Près de 160 milliards de dollars ont été levés au premier trimestre 2022 dans le monde, soit 13 % de moins qu’au dernier trimestre 2021.

La France sort du lot avec un record de 4,8 milliards d’euros levés au premier trimestre 2022, contre 2,1 milliards au quatrième trimestre 2021.

Mais les méga levées de fonds annoncées en trombe en janvier dernier ont en réalité été clôturées fin 2021.

Source : Les Echos du 11/04/2022

 

Intelligence artificielle : Un algorithme pourrait prédire les risques de crise cardiaque

 La prévention des crises cardiaques grâce à l’intelligence artificielle est au cœur de nombreuses recherches ces dernières années.

Des chercheurs du Cedars-Sinai Medical Center, un des plus importants hôpitaux de Los Angeles, ont développé un algorithme capable de mesurer avec précision les dépôts dans les artères coronaires et de prédire les risques d’un patient de souffrir d’une attaque cardiaque dans les cinq années qui suivent.

Il permettrait de réaliser cette analyse en quelques secondes alors qu’il faut 30 minutes aux cardiologues pour le faire grâce à une angiographie par tomodensitométrie.

 Les algorithmes d’intelligence artificielle sont de plus en plus appliqués au CCTA (angiographie par tomodensitrométrie coronarienne) pour améliorer l’efficacité et la précision de l’analyse d’images, démontrant des performances élevées par rapport aux lecteurs expert.

Source : ActuIA du 11/04/2022

 

ProovStation à la conquête des concessionnaires auto avec sa station d’inspection automatisée

 ProovStation, la start-up de la French Tech automatise l’inspection de la carrosserie, des pneumatiques et du vitrage. Sa nouvelle génération de station a été dévoilée à l’occasion du salon automobile de Lyon qui s’est tenu du 7 au 11 avril 2022.

Ce sont désormais des caméras couleurs 4K qui équipent cette station et votre véhicule est scanné en 3 secondes grâce à la dizaine de caméras, qui prend plus de 300 photos par véhicule, et un tunnel lumineux.

Puis les algorithmes d’intelligence artificielle embarqués dans la machine étudient les photos pour identifier et quantifier l’ensemble des dommages. Quant au chiffrement des dommages, la start-up s’adapte au processus du client et aux véhicules grâce à différents filtres.

La station d’inspection est destinée aux usines automobiles pour le contrôle de qualité en bout de chaîne, aux logisticiens, aux loueurs de courte et de longue durée ainsi qu’aux usines de reconditionnement.

ProovStation cherche désormais à séduire les concessionnaires et les réseaux de distribution et réparation. 
La prochaine étape ? Rendre accessible sa technologie auprès du grand public pour la vente de véhicule.

Source : L’UsineDigitale du 11/04/2022

 

L’économie circulaire explose les compteurs des levées de fonds.

Les start-ups vertes attirent de plus en plus les investisseurs. Plus de 2,2 milliards d’euros ont été investis dans le capital de ces jeunes pousses en 2021, presque le double de l’année précédente.

Avec la levée de fonds record de 450 millions d’euros de Back Market, l’économie circulaire devient désormais un domaine particulièrement attractif.

Les sociétés de capital-investissement, qui financent les start-ups en prenant une participation dans leur capital, se précipitent sur ces sociétés qui proposent des solutions aux enjeux environnementaux.

Les technologies vertes les intéressent en premier lieu parce qu’elles font la preuve de leur rentabilité.

Mais aussi, les secteurs de l’efficacité énergétique, de l’AgTech (technologies pour l’agriculture) ou de l’économie circulaire suivent une tendance profonde de la société : Avoir une consommation et des modes de vie beaucoup plus sobres.

Enfin, les start-ups s’orientent de plus en plus vers des modèles industriels, avec des usines développées sur le territoire français. Et les investisseurs en capital, traditionnellement frileux face à ces opérations risquées, les suivent.

Source : Novethic du 12/04/2022

 

Le SpaceVan d’Exotrail permettra de convoyer les satellites sur leur orbite

Les services de mobilité se déclinent dans l’espace : la startup française Exotrail lancera en octobre 2023 son premier « SpaceVan », permettant de livrer les microsatellites sur l’orbite désirée sans avoir à consommer leur propulsion.

Le SpaceVan est un véhicule de transfert orbital (OTV) qui « permet aux opérateurs de satellites d’obtenir la flexibilité d’un lancement dédié dans le déploiement de leur constellation au coût d’un lancement en covoiturage », affirme l’entreprise dans un communiqué publié ce mardi 12 avril 2022.

Il pourra emporter des nanosatellites d’un kilogramme jusqu’au petit satellite allant jusqu’à 400 kilos, correspondant à sa capacité maximale d’emport.

Le premier SpaceVan doit être lancé en octobre 2023 à bord d’une fusée Falcon 9.

La France et l’Europe ont pris du retard sur les Américains dans ce domaine et de ce fait trois autres lancements de SpaceVan sont également prévus en 2024.

Source : Maddyness du 12/04/2022

 

French Tech Green20 : ouverture des candidatures pour la 2e édition

En partenariat avec le ministère de la Transition écologique, la Mission French Tech a ouvert le

4 avril 2022 les candidatures pour la deuxième édition de son programme d’accompagnement French Tech Green20.

Lancé en 2021, ce programme a pour vocation d’accompagner les start-up qui développent des solutions innovantes en faveur de la transition écologique.

Les start-up concernées peuvent déposer leurs candidatures jusqu’au 6 mai 2022.

Pour être sélectionnées, les start-up doivent répondre aux critères suivants :

° être basées en France,

° proposer une innovation de rupture en faveur de la transition écologique (service ou produit), avec un niveau très élevé de différenciation par rapport aux solutions existantes

° cette innovation doit également avoir la capacité d’être déployée à grande échelle.

Agenda :

° dépôt des candidatures jusqu’au 6 mai 2022,

° traitement des candidatures par le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance et le ministère de la Transition écologique : mai 2022,

° audition par le jury des entreprises présélectionnées : début juin 2022,

° annonce des lauréats : mi-juin 2022,

° début du programme : début juillet 2022.

Source : Ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance – Lettre Bercy Infos entreprises du 14/04/2022

 

Levées de fonds de la semaine par Finance & Compagnies