La levée de fonds est synonyme de réussite, du graal à atteindre pour de nombreux entrepreneurs de l’écosystème startup. Qui ne rêve pas d’intégrer le club exclusif des licornes françaises qui font la fierté de notre pays à l’international ? Cependant, lorsqu’on aborde le sujet de la levée de fonds, on évoque plus rarement la dilution. C’est un peu la bête noire de certains entrepreneurs qui donnent tout pour mettre sur pied leur projet.  En effet, la dilution du capital peut générer la perte de pouvoir décisionnel des fondateurs associés.

Pour autant, la perte du contrôle de votre startup n’est pas une fatalité ! Il est possible d’anticiper une stratégie pour limiter la dilution et contractualiser un pacte d’actionnaires dans des conditions confortables qui permet d’avoir un rapport de force équilibré et moins anxiogènes. Des solutions de financement non dilutif existent et peuvent venir booster l’effet de levier de votre levée de fonds.

 

Les aides et subventions publiques : l’arme secrète pour limiter la dilution

 

 

Les aides financières publiques sont des dispositifs non dilutif qui peuvent rapporter gros dans le cadre d’une levée de fonds.

En effet, avec une robuste stratégie de co-financement, il est possible de créer un effet de levier considérable, en mobilisant jusqu’à 100% du montant levé en fonds publics.

 

 

Anticiper vos actions pour identifier les pistes les plus pertinente

 

Pour vous permettre de réaliser un tel tour de force, l’anticipation est la clé de votre stratégie. Le processus de levée de fonds est long et nécessite de se consacrer un maximum aux démarches administratives, aux échanges avec vos investisseurs. On entend beaucoup qu’il n’est pas pertinent d’inclure l’obtention d’aides publiques dans les forecasts financiers à présenter à ses investisseurs. Or, elles peuvent être un levier de négociation pour votre startup au moment de la rédaction du pacte d’actionnaire.

Un des facteurs les plus important dans une levée est le timing. Un conseil : levez des fonds quand votre situation est la plus favorable. Si vous souffrez d’un manque de trésorerie, le rapport de force avec votre investisseur sera fatalement en votre défaveur et les conditions de dilution douloureuses. Dans le cas contraire, vous serez armés pour vivre votre levée sereinement en ayant même la possibilité de mettre plusieurs fonds en concurrence.

Quelle est votre situation favorite ? La seconde, cela va de soi ! Alors prenez bonne note des conseils qui vont suivre 🙂 .

 

 

Les financements publics pré-levée : une aubaine pour les pépites innovantes

 

Le prêt d’amorçage de Bpifrance permet de mettre les entreprises dans les conditions idéales pour lever des fonds. Ce prêt peut permettre de débloquer jusqu’à 300 000 euros (dans la limite des fonds propres disponibles) en amont de l’augmentation de capital.

Pour y avoir droit, votre entreprise doit avoir perçu une aide à l’innovation Bpifrance ou une aide publique de RDI. Si vous êtes lauréat du concours i-Lab ou i-Nov, vous avez également la possibilité de recourir à ce dispositif.

Ainsi, une telle aide peut venir stabiliser la situation financière de l’entreprise et ce bien avant la levée. Avec elle vous serez dans une position confortable face à vos investisseurs. L’enjeu est de ne pas les solliciter en ayant un plan de trésorerie fragile, cela vous mènerait à vous diluer davantage.

 

 

Le mix-financement vertueux : miser sur l’avenir

 

Une fois votre levée bouclée, ne relâchez surtout pas vos efforts! C’est le moment idéal pour solliciter les financeurs publics afin de soutenir votre croissance et moins vous diluer par la suite.

Lorsqu’on réalise une augmentation de capital il est primordial de voir l’avenir de l’entreprise à plus de 18 mois. L’enjeu est de solliciter vos investisseurs à des moments-clés et de repousser au maximum la levée suivante. Pourquoi ? Parce qu’à chaque levée vous allez automatiquement vous diluer encore plus. Des dispositifs de co-financement existent pour agir dans ce sens, en garantissant que vous aurez les moyens de réaliser l’ensemble de vos objectifs.

 

Le Prêt amorçage investissement est un dispositif public non dilutif directement conditionné au closing de votre levée. En combinant le PAI avec l’obtention d’une aide à l’innovation pour prendre en charge vos dépenses de RDI futures, vous pouvez récupérer jusqu’à 100% du montant levée côté investisseurs.

En intégrant ces aides dans votre prévisionnel, vous avez encore plus de marge de manœuvre dans votre négociation.

 

Par ailleurs, obtenir ces aides va vous permettre de réaliser vos objectifs et voire plus car vous disposerez de plus de moyens financiers.

Dans le meilleurs des cas, un mécanisme de relution est possible, si cela a été conclu dans votre pacte d’actionnaire. Si grâce au mix privé-public vous parvenez à surperformer vous pourrez récupérer une partie du capital.

 

 

Lever des fonds sans trop se diluer : pensez à la fiscalité!

 

 

Dans la continuité, la fiscalité de l’innovation est un levier pour favoriser les entrepreneurs dans leur processus de levée.

En effet bénéficier du CIR ou du CII peut signifier une véritable respiration côté trésorerie. Par conséquent, prendre en compte le remboursement ou l’imputation de ces crédits d’impôt peut constituer un véritable levier de financement non dilutif dans les négociations.

Par ailleurs, activer les avantages JEI est stratégique pour garder les comptes au vert, notamment pour les startups aux projets de R&D onéreux.

 

 

 

Conclusion

Pour lever des fonds sans (trop) se diluer, levez des fonds quand la santé financière de votre startup est au plus haut ! Anticiper votre mix-financier vous permettra de mieux choisir les conditions de votre pacte d’actionnaires. Enfin, vous retarderez un futur appel de fonds prématuré auprès de vos investisseurs grâce aux aides publiques.