Lorsque vous cherchez à obtenir une aide pour votre Startup, et que vous vous adressez à la BPI, une question revient très souvent sur le tapis : quels sont vos fonds propres ? Cette notion, souvent mal comprise, est fondamentale pour obtenir vos subventions, vos avances, ou encore vos prêts ! En effet, les organismes publics peuvent vous financer dans la limite de vos fonds propres, qui représentent un « plafond » pour tous vos financements.

Faisons un point pour mieux comprendre comment la BPI calcule vos fonds propres.

 

 

La règle de base

Les fonds propres apparaissent noir sur blanc sur votre bilan. Il s’agit de la ligne « capitaux propres », qui, d’année en année, augmente ou diminue en fonction de votre exercice fiscal.

Mais la BPI procède à un calcul de vos fonds propres en y soustrayant vos dettes (prêts bancaires, etc.), et en ajoutant vos comptes courant d’associés. Ces derniers sont considérés comme des « quasi fonds propres ».

Pour simplifier, dans la majorité des cas la formule de base est la suivante :

Fonds propres comptables + vos comptes courants d’associés – dettes – aides éventuellement déjà perçues = vos fonds propres disponibles pour une aide à l’innovation.

Si vous n’avez pas encore de bilan car vous êtes dans votre premier exercice fiscal, les « fonds propres comptables » sont généralement constitués par votre capital social versé en numéraire.

Attention, vos fonds propres ne sont pas votre trésorerie !

Lorsque que vous bénéficiez d’un prêt bancaire, votre trésorerie peut être confortable. Mais attention, elle ne constitue pas, au niveau comptable, vos fonds propres. Le montant de votre dette bancaire sera donc soustraite de vos fonds propres disponibles.

Dans un sens c’est assez logique. L’argent que vous avez emprunté devra être restitué, avec des intérêts. Il ne peut donc pas être considéré comme un capital acquis pour votre entreprise.

Pourquoi cette règle ?

Cette limite pénalise très souvent les entreprises qui ont peu de moyens. En effet, il suffit parfois d’avoir un exercice déficitaire pour que les fonds propres soient quasiment nuls, voire négatifs. Dans ce cas, vous aurez très peu de chances de recevoir un financement public.

La logique est que quel que soit votre projet à financer, la BPI prendra en charge une part seulement de votre programme de dépenses. Il faut donc démontrer que votre entreprise est en mesure d’assurer la part des dépenses qui lui revient. Cette règle des fonds propres constitue donc une garantie de votre solidité financière.

Comment renforcer vos fonds propres ?

Si vous n’avez pas de fonds propres suffisants pour aller voir la BPI, procédez à un renforcement de ces derniers.

Pour renforcer vos fonds propres, le plus rapide est de procéder à un apport en compte courant d’associé. Mais attention, la BPI va vous demander de le bloquer le temps de votre projet (entre 6 et 18 mois selon votre financement en général). L’objectif est que l’argent apporté serve d’investissement dans le projet, et non pas simplement d’un effet de levier pour obtenir une aide.

Vous n’avez pas la possibilité de mettre un compte courant d’associé complémentaire? Le moment est peut-être venu d’ouvrir votre capital et de procéder à une levée de fonds !

Enfin, vous pouvez solliciter des organismes comme le Réseau Entreprendre, qui propose aux dirigeants des prêts d’honneur. Ces prêts vous sont versés à titre personne et peuvent être mis en compte courant d’associé et augmenter ainsi vos fonds propres disponibles !

 

Une question ? Vous avez besoin d’aide ? Contacter un conseiller ! 

NOUS REJOINDRE !

NOUS REJOINDRE !

Vous vous intéressez au financement de l'innovaiton ? Vous cherchez à mieux financer votre entreprise ? On vous réserve des conseils et des outils ecclusifs créés pour vous !

You have Successfully Subscribed!