L’Etat de l’art est une composante clé du financement de l’innovation, et une partie indispensable des dossiers scientifiques relatifs au Crédit Impôt Recherche (CIR) et au statut de Jeune Entreprise Innovante (JEI).

Il est donc fondamental de bien comprendre de quoi il s’agit, et comment le rédiger, car de nombreux dossiers de CIR ou JEI sont rejetés pour insuffisance de l’Etat de l’Art.

 

1. Etat de l’art: définitions

“Etat des connaissances scientifiques et/ou techniques accessibles au début d’une opération de R&D. Attention, il ne faut pas confondre analyse du  marché et état de l’art : dans le premier cas, on parle de produits proposés par  un marché apportant une  solution toute faite à un problème plus ou moins similaire, dans l’autre, de connaissances scientifiques et techniques permettant de résoudre une difficulté. Toute connaissance est liée à sa justification en terme de positionnement par rapport à un état de l’art. ” (guide du CIR 2018).

 

“La démarche, préliminaire à  toute opération de  R&D, consiste dans une recherche bibliographique (journaux, manuels, livres, périodiques, bases de brevets, conférences scientifiques, revues et  conférences techniques, livres blancs, MOOC, rapports scientifiques et  techniques de synthèse…) et une analyse détaillée des informations scientifiques, techniques et/ou technologiques identifiées” (guide du CIR 2018).

Jusqu’ici tout semble clair. Après tout, vous avez un projet, vous avez évidemment regardé ce qui se faisait ailleurs. C’est là que le bât blesse. Ainsi vous avez certainement trouvé des concurrents qui ont réalisé les développements que vous visez, qui cherchent à répondre au même type de problématique et donc qui vont faire certainement le même type de R&D.

Cela veut-il pour autant dire que votre R&D ne sera pas reconnue comme telle?

Heureusement non!

La notion de connaissances accessibles

La notion la plus fondamentale dans la définition mentionnée plus haut est la notion d’accessibilité ou de disponibilité des connaissances.

En effet l’Etat de l’art dont on parle ici n’est pas l’intégralité de l’état de l’art existant mais uniquement celui auquel vous avez accès.

Autrement dit que Google ait développé une intelligence artificielle ultra performante ne vous aide pas dans votre projet, car vous n’avez pas accès à son code.

En revanche, si ses algorithmes deviennent open-source, et donc publics, vous avez des connaissances techniques disponibles pertinentes pour répondre à votre problématique.

La rédaction de l’état de l’art va donc nécessiter de balayer  toute la littérature et les références disponibles sur votre sujet (voir bas de l’article).

L’importance de considérer l’état de l’art au début des travaux

Vous le savez certainement, parfois votre R&D peut être financée de façon rétroactive. Il est donc possible qu’entre temps les solutions et technologies accessibles aient évolué : pas de panique ! Cela ne va pas forcément vous empêcher de valoriser vos développements techniques. L’état de l’art que vous devrez documenter est celui existant à la date de début de vos travaux, qu’il ait évolué depuis n’enlève donc rien à la qualité de la R&D réalisée.

2. A quoi sert l’état de l’art?

L’intérêt de cette recherche des connaissances disponibles est de démontrer que celles-ci ne sont pas suffisantes pour atteindre vos objectifs techniques et fonctionnels :

Vous cherchez à  résoudre un problème nouveau et vous vous devez donc de connaitre les solutions techniques existantes, afin de ne pas reproduire des expérimentations déjà réalisées, ce qui ôterait toute nécessité à votre R&D et pénaliserait votre capacité à la faire financer de façon optimale.

Votre R&D va donc consister à améliorer, faire évoluer cet état de l’art initial afin de lever les verrous technologiques rencontrés et vous permettre de mener à bien votre projet.

En résumé : exposer l’état de l’art permet de montrer les limites des connaissances, et de valider la nécessité de votre recherche pour le faire avancer. C’ est une partie fondamentale du dossier technique, que vous ne pouvez pas vous permettre de négliger.

 

 

 

3. Comment  élaborer votre état de l’art?

Il s’agit de lister et faire une analyse critique des travaux disponibles relatifs à votre projet de recherche, la première étape est donc de constituer une bibliographie très précise et documentée, en utilisant les principaux mots clés associés à vos travaux et vos technologies. Il peut s’agir d’articles scientifiques, d’études, publications,  brevets ou encore de conférences scientifiques accessibles et pertinentes dans votre contexte. La seconde étape sera d’analyser et questionner les éléments de cette bibliographie afin de démontrer en quoi elles ne répondent pas à votre problématique. Et enfin la synthèse vous permettra d’apporter des solutions ou recommandations justifiant la R&D que vous vous proposer d’effectuer.

La rédaction de l’état de l’art implique travail de documentation assez lourd et il peut être compliqué de savoir où chercher, car si les connaissances sont disponibles, elles ne sont pas toujours faciles à trouver.

Il est important de garder en tête que vous vous documentez sur les technologies disponibles, afin de démontrer leur insuffisance et la nécessité de procéder à des développements expérimentaux pour répondre à vos enjeux.

Vous l’aurez compris à la lecture de cet article : réaliser un état de l’art est à la fois fondamental que complexe et chronophage. Si vous avez besoin d’aide, notre équipe d’experts est à votre disposition, et se chargera de réaliser des recherches pour vous, pour construire un dossier solide !

NOUS REJOINDRE !

NOUS REJOINDRE !

Vous vous intéressez au financement de l'innovaiton ? Vous cherchez à mieux financer votre entreprise ? On vous réserve des conseils et des outils ecclusifs créés pour vous !

You have Successfully Subscribed!